fbpx

Recherches sur les compléments alimentaires et l’hypothyroïdie

compléments alimentaires et l'hypothyroïdie
Temps de lecture : 9 minutes

Par Luc Cockenpot
Docteur en pharmacie, co-fondateur du Laboratoire PAPILLON

L’hypothyroïdie a des conséquences qui impactent le quotidien des personnes qui en sont atteintes. Ceci, en raison de la difficulté à maintenir un équilibre constant de la glande thyroïde, notamment chez les personnes traitées par hormones thyroïdiennes de synthèse. En effet, la thyroïde doit constamment s’adapter aux changements d’environnement. Les hypothyroïdiens le savent bien, ils ont plus de mal à s’adapter à des variations fortes de pression psychologique, de réactions émotionnelles ou d’activités physiques intenses. De plus, le ralentissement général provoqué par une hypothyroïdie peut engendrer une baisse d’activité du système digestif ayant souvent comme conséquence des carences en certains micronutriments et vitamines essentielles. C’est en partant de cette constatation que nous avons eu l’idée de créer un produit spécifique, adapté scrupuleusement aux patients présentant des déséquilibres thyroïdiens, afin de leur garantir un apport complet et justement dosé en éléments essentiels à l’équilibre de leur fonction thyroïdienne

Télécharger l’article : “Recherches sur les compléments alimentaires et l’hypothyroïdie” au format .pdf

Compléments alimentaires et hypothyroïdie : les minéraux sélectionnées pour NATHYROÏD :

L’IODE

Il est indispensable à la production des hormones thyroïdiennes. L’apport d’iode par l’alimentation est souvent inférieur aux besoins, à part au Japon où la consommation d’algues, très riches en iode, est ancrée dans les habitudes. En Europe et aux Etats-Unis, les autorités sanitaires ont instauré l’apport systématique d’iode dans le sel alimentaire afin d’éviter les carences. Néanmoins, la concentration en iode du sel iodé diminue fortement et rapidement dans le temps1. De plus l’iode des aliments est détruit par la chaleur lors de la cuisson. Il apparait donc important de s’assurer d’un apport suffisant par supplémentation. Ceci d’autant plus qu’il semblerait que les perturbateurs endocriniens présents en quantité dans les pays industrialisés, seraient responsables d’une diminution sans précédent des concentrations d’iode touchant la population. Le centre national des statistiques sur la santé aux Etats Unis rapporte que les personnes testées en l’an 2000 excrètent moitié moins d’iode dans leurs urines que les personnes testées entre 1971 et 19742.
L’explication serait que les autres éléments halogénés, tels que le Brome, le Fluor et le Chlore, retrouvés notamment sous forme de perchlorates, bromates ou complexes fluroés dans certains pesticides, dans les tissus retardateurs de flammes des canapés ou des rideaux, mais aussi dans certains cosmétiques ou autres récipients plastiques, entreraient en compétition avec l’iode, empêchant une utilisation optimale de celui-ci par notre corps. De nombreux spécialistes recommandent un apport journalier bien au-dessus des seuils actuels3, ils se basent sur les chiffres mesurés sur la population japonaise4, montrant une dose journalière absorbée moyenne de 13,8 mg, soit une dose près de 1000 fois supérieure à l’apport recommandé en occident. Pourtant il est reconnu que les japonais battent tous les records de longévité. Les vertus de l’iode seraient-elles insoupçonnées ? En France, l’apport d’iode recommandé est de150g par jour chez l’adulte, et 200g/J chez la femme enceinte.

LE SÉLÉNIUM

Après l’iode, le sélénium est plus concentré dans la thyroïde que dans n’importe quel organe. Il est indispensable au fonctionnement d’une enzyme, la tyroperoxydase (TPO) qui permet d’activer l’iode afin de permettre sa fixation sur la thyroglobuline, précurseur des hormones thyroïdiennes. Cet élément est donc essentiel dans la synthèse de T4 et T3. Le sélénium est également indispensable à une autre enzyme, la 5’desiodase, pour la conversion de la T4 (levothyroxine) en T3 active.
Antioxydant, le sélénium permet en plus de protéger la thyroïde du stress oxydatif généré par l’activité de la TPO qui libère de nombreux radicaux libres.
Enfin, plusieurs études indiquent que le sélénium jouerait un rôle dans la baisse des anticorps anti tyroperoxydase chez les patients atteints de thyroïdite d’Hashimoto5, permettant ainsi de contribuer à ralentir l’activité destructrice de ces anticorps contre la thyroïde6.

LE ZINC

Tout comme le Sélénium, le zinc joue un rôle de co-facteur dans la synthèse des hormones thyroïdiennes ainsi que dans la conversion de T4 en T3. Une étude clinique en double aveugle a démontré les bénéfices d’une supplémentation en zinc dans l’hypothyroïdie7.
Il a été démontré que des déficiences en zinc sont associées à une diminution de 30% des taux sanguins de T4 et T3 libres comparée à des témoins ayant un statut en zinc normal. Chez les patients dont le taux de T3 est faible, le zinc peut contribuer à améliorer la conversion de T4 en T3 active.
La supplémentation apparait particulièrement importante sachant que la population française présenterait un déficit d’apport alimentaire de cet élément8.

LE MAGNÉSIUM

Plusieurs études cliniques ont démontré les bénéfices d’une supplémentation en magnésium dans l’hypothyroïdie9.
Il joue un rôle dans la conversion de T4 en T3 active. Le magnésium permet ainsi d’éviter la baisse de l’activité de la thyroïde notamment chez les sujets agés mais aussi chez les sportifs après des efforts intenses.
Une étude de Ciloglu en 200510 a en effet montré que la pratique très intense d’une activité sportive provoque une diminution de l’activité thyroïdienne. Une supplémentation en magnésium permettrait de prévenir cette réduction d’activité, d’autant que l’étude française SU.VI.MAX11 montre que 75% des hommes et 77% des femmes sont en dessous de l’apport nutritionnel conseillé. Plus inquiétant : selon cette même étude, 23% des hommes et 18% des femmes reçoivent moins des 2/3 de l’apport nutritionnel conseillé, situation qui caractérise un risque élevé de déficit.

Le FER

Le fer est impliqué dans l’activité de la TPO lors de la synthèse des hormones thyroïdiennes. Il joue également un rôle dans la conversion de T4 en T3 ainsi que sur la quantité de T3 liée à un transporteur (TBG). Plusieurs études ont montré qu’un faible taux de ferritine (protéine de stockage du fer dans l’organisme) s’accompagne d’une augmentation de la TSH et de la fréquence des goitres12.

LE MANGANÈSE ET LE MOLYBDÈNE

Le manganèse et le molybdène interviennent comme cofacteur dans la synthèse des hormones thyroïdiennes.

LA L-TYROSINE

C’est un acide aminé précurseur de la synthèse des catécholamines (dopamine, adrénaline, noradrénaline) mais également des hormones thyroïdeinnesT3 et T4.
Si l’alimentation n’en apporte pas assez, l’organisme peut en fabriquer à partir d’autres acides aminés mais il aura du mal à compenser le déficit d’apport alimentaire. Chez le sujet âgé, le déficit d’apport est fréquent. Un apport de 100 mg à 500 mg peut être utile (Contre indiqué en cas de traitement par les Inhibiteurs de la Monoamine Oxydase utilisés comme antidépresseurs).
Un article de Jongkees en 201513 conclue que les études de supplémentation en tyrosine démontrent un effet bénéfique sur la fonction cognitive.

Compléments alimentaires et l’hypothyroïdie : les vitamines sélectionnées pour NATHYROÏD :

LA VITAMINE D

Elle est nécessaire à l’utilisation de la T3 par les cellules de l’organisme et permettrait de diminuer les anticorps anti TPO dans les thyroïdites autoimmunes14.
De nombreuses études démontrent les bénéfices d’une supplémentation en Vitamine D dans l’hypothyroïdie.
Les experts mondiaux de la vitamine D préconisent chez l’adulte un apport d’au moins 1000 UI par jour alors que les recommandations françaises officielles sont de 200 UI/J, 600 UI/J aux US
TALAEI 201815 a démontré dans une étude Clinique contre placebo que la supplémentation pendant 12 semaines de 201 patients (20 à 60 ans) présentant une hypothyroïdie avec 50.000 UI/jour (1.250 µg) de vitamine D permettait de diminuer significativement la TSH.

LA VITAMINE E

Indispensable à la synthèse des hormones thyroïdiennes, elle intervient également dans la transformation de T4 en T3.
Son taux sanguin normal se situe entre 18 et 30 µmol/L.
Plusieurs études de grande ampleur en France11 ont montré qu’environ 40% de la population ne reçoit pas les Apports Nutritionnels Conseillés (ANC) qui ne sont pourtant pas élevés 20 UI/J pour un adulte.
C’est un antioxydant puissant qui contribue à lutter contre le stress oxydatif général et de l’hypercholestérolémie associés à l’hypothyroïdie.16

LA VITAMINE B1

Nécessaire à la synthèse des hormones thyroïdiennes, sa teneur sanguine normale se situe entre 15 et 45 mmol/l. Les carences sont rares, sauf en cas d’alcoolisme chronique et chez les personnes dénutries. Toutefois, les apports sont souvent inférieurs aux recommandations.
On trouve la vitamine B1 à l’état naturel dans la viande, le foie, les poissons, les œufs, les fruits secs, le pain complet…

LA VITAMINE B2

La Vitamine B2, sous forme de flavoprotéïnes, joue un rôle important dans la synthèse des hormones thyroïdiennes. Cimino en 199817 a établi que la T4 stimule le métabolisme de la riboflavine en riboflavine mononucléotide et flavine adénine dinucléotide (FAD) qui sont importantes pour la fourniture d’énergie utilisées par les cellules.

LA VITAMINE B6

Joue un rôle de cofacteur dans la synthèse de T4 et T3.
Une étude a démontré une baisse de l’homocystéine suite à la prise de vitamine B6, diminuant ainsi les risques cardiovasculaires associés tout en améliorant la division cellulaire des embryons chez les femmes enceintes18.

LA VITAMINE B9

Bashetti en 201719 mentionne qu’un faible taux d’acide folique augmente les risques cardiovasculaires associés à l’hypothyroïdie en augmentant l’homocystéine
Cet auteur a également réalisé un suivi de l’acide folique et des taux en TSH, T3 et T4 chez des femmes enceintes « normales » et des femmes enceintes présentant une hypothyroïdie.
Chez les volontaires « normaux », une corrélation positive était observée entre les taux d’acide folique et de TSH, mais aucune corrélation n’apparaissait pour les volontaires en hypothyroïdie.

LA VITAMINE B12

La vitamine B12 est un cofacteur indispensable dans la synthèse des hormones thyroïdiennes.
Collins en 201720 a réalisé une méta-analyse des publications concernant la prévalence de déficit en Vitamine B12 dans l’hypothyroïdie ; cette prévalence va de 10 à 40 % selon les études.
Bashetti a, dans la même étude cité ci-dessus19, réalisé également un suivi de la Vitamine B12 et des TSH, T3 et T4 chez des femmes enceintes « normales » et présentant une hypothyroïdie.
Chez tous les volontaires, une corrélation positive était observée entre les taux de Vitamine B12 et de T3 et T4.

Compléments alimentaires et l’hypothyroïdie : l’utilisation des plantes pour l’équilibre de la fonction thyroïdienne :

En complément de ces micronutriments, on retrouve dans NATHYROÏD® des extraits naturels de plantes utilisées en médecine ayurvédiques pour leurs actions stimulantes sur la thyroïde tels :

L’ASHWAGANDHA

Son nom latin est Whitania Somnifera, appelée aussi ginseng indien, cette plante de la médecine ayurvédique est utilisée de longue date dans le traitement de l’hypothyroïdie. Elle est aussi réputée pour ses propriétés reconstituantes et adaptogènes contre les effets du stress. Les principes actifs qu’elle contient, les whitanolides, auraient une action stimulante sur la glande thyroïde en augmentant la production de T4. Une cure d’ashwaganda peut redonner un peu d’énergie à tous ceux dont le fonctionnement thyroïdien est insuffisant, sans pour autant déstabiliser son équilibre.
Plusieurs études évoquent son intérêt dans l’hypothyroïdie :
Panda en 199821 a démontré que l’administration d’ashwaganda à des Souris entrainait une augmentation de T3 et T4. Cette étude confirmait également l’activité antioxydante de cette plante.
Jatwa en 200922 a confirmé ces résultats sur des Souris rendues hypothyroïdiennes par la Metformine. L’ashwaganda régulerait l’axe hypothalamo pituito thyroïdien21.
Sharma en 201823 a réalisé l’étude clinique contre placebo la plus intéressante : 55 sujets (54 % d’hommes) présentant une hypothyroïdie caractérisée par un taux élevé de TSH (4.5–10mIU/L) recevaient pendant 8 semaines 600 mg d’extrait d’ashwaganda (extrait aqueux de racines titré à 5 % de Withanolides dénommé : KSM-66).
Les résultats étaient excellents puisque les auteurs démontrent une diminution très significative de la TSH de -12.5 % ( p = 0.0002) après 4 semaines et de -17.4% ( p < 0.0001) après 8 semaines ainsi qu’une augmentation très significative des taux de T4 de 9.3% (p = 0.0027) après 4 semaines et de 19.6% ( p < 0.0001) après 8 semaines.

LA MYHRE DES INDES (ou GUGGUL)

L’action de l’Ashwaganda sur la glande thyroïde est renforcée par celle conjointe du guggul, autre plante d’origine indienne qui stimule aussi l’activité de la glande thyroïde et favorise la conversion T4 en T324
L’action des guggulstérones s’accompagne d’une diminution des lésions oxydatives au niveau du foie, principal site de stockage de la T4 après la thyroïde et de la conversion de T3.
Le guggul est de plus reconnu pour son action sur le métabolisme des lipides. On l’utilise avec succès pour baisser le taux de cholesterol et contrôler le poids. Son action sur les lipides passe par une stimulation de la fonction thyroïdienne (qui active les hormones lipolytiques).

LA NIGELLE (ou cumin noir)

Farhangi en 201625 a réalisé une étude clinique contre placebo sur 40 patients souffrant de thyroïdite d’Hashimoto démontrant un effet positif avec diminution significative de la TSH et augmentation de T4 et T3.

Références bibliographiques :

1 Iodine Nutrition: Iodine content of iodized salt in US; Punendu,Dasgupta & Co, Environ Sci Techol 2008;42,1315-1323
2 Voir www.ansesfr/fr/system/files/NUT-RA-impactiode.pdf
3The Safe and Effective Implementation of Orthoiodosupplementation In Medical practice; Guy E.Abraham, The original internist, 11-17-36,2004
4 Clinical Evaluation of the iodide/cratinine ratio of casual urine samples as an index of daily iodide excretion in a population study; konno & Co, Endocrine journal 1993,  40(1) 163-169
5 Voir le site /Jdach1.Typepad.com/natural_thyroid/2011/02/selenium-for-hashimotos-thyroiditis-by-jeffrey-dach-md.htmlopto
6Selenium Supplementation Significantly Reduces Thyroid Autoantibody Levels in Patients with Chronic Autoimmune Thyroiditis: A Systematic Review and Meta-Analysis. Wichman J1,2Winther KH1,2Bonnema SJ1,2Hegedüs L1,2. Thyroid. 2016 Dec;26(12):1681-1692. Epub 2016 Nov 2
7 (MAHMOODIANFARD, Effects of Zn & Se supplementation on Thyroid Function in overweight and Obese Hypothyroid Female patients: a randomized Double-Blind Controlled Trial. J Am Coll Nutr  2015 Sept-Oct;34(5):391-9).
8(INCA III)
9(Wang 2018, Severely low serum magnesium is associated with increased risks of positive anti-thyroglobulin antibody and hypothyroidism : A cross sectional study, Kunling Wang & Co, published online july2018 www.nature.com/scientificrepo)
10 Ciloglu F, Peker I, Pehlivan A et al. Exercise intensity and its effects on thyroid  hormones. Neuroendocrinology Letters N°6 2005 ; 26.
11Etude SU.VI.MAX 1&2, Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale, France
12Arvind K.Mishra, Rohit Adam et Al. Study of impact of subclinical hypothyroidism on iron status and hematological profile, IJAM Vol 5, N°2 2018
13J Psychiatr Res. 2015 Nov;70:50-7, Effect of tyrosine supplementation on clinical and healthy populations under stress or cognitive demands- A review. Jongkees BJ
14Wang et al. Meta-analysis of the association between vitamin D and autoimmune thyroid disease. Nutrients. 2015
15 TALAEI 2018, Indian J Endocrinol Metab. 2018 Sep-Oct;22(5):584-588, The Effects of Vitamin D Supplementation on Thyroid Function in Hypothyroid Patients: A Randomized, Double-blind, Placebo-controlled Trial
16 Santi 2010, Clin Chem Lab Med. 2010 Nov;48(11):1635-9.Association between thyroid hormones, lipids and oxidative stress biomarkers in overt hypothyroidism.
17 Metabolism 1998:47:89-93. 164. Cimino JA, Jhangiani S, Schwartz E, Cooperman JM. Riboflavin metabolism in the hypothyroid human adult. Proc Soc Exp Biol
18Clin Biochem,2006 Mar,3953) :282-6.Epub 2006 Feb8 Apeland T,Thyroid function during B-vitamin supplementation of patients on antiepileptic drugs.
19Anatomy Physiology & Biochemistry Int Journal, S.Bashetti & Al, Need of Assesment of Folic acid and vitamin B12 in Pregnancy.
20 Asia Pac J Clin Nutr 2016 ;25(2) :221-226 A.B Collins, R.Pawlak; Prevalence of vitamin B12 deficiency among patients with thyroid dysfunction.
21J Pharm Pharmacol, 1998 Sep;50(9):1065-8, Panda S, Kar A, Changes in thyroid hormone concentrations after administration of ashwagandha
22Phytotherapy Research Vol23, Issue 8, Aug 2009, R.Jatwa, A.Kar; Amelioration of Metformin-induced hypothyroidism by Withania somnifera and Bauhinia purpurea extracts in Type 2 diabetic mice
23JACM 2018 Mar:24(3):243-248 Sharma AK, Basu I, Singh S, Efficacy and safety of Ashwagandha root extract in subclinical hypothyroid patients: a double blind randomized placebo controlled trial
24 J Transl Med 2018, Jan 25:16(1):14 Kunnumakkara AB, Chronic diseases, inflammation and spices: how are they linked?); (Tripathi et al., 1975, 1984; Panda and Kar, 2005).
25Farhangi MA, Dehghan P, Tajmiri S, Abbasi MM. The effects of Nigella sativa on thyroid function, serum vascular endothelial growth factor (VEGF)-1, nesfatin-1 and anthropometric features in patients with Hashimoto’s thyroiditis: a randomized controlled trial. BMC Complement Altern Med. 2016;16:471.
Comments
    • Bonjour,
      NATHYROÏD est un complément alimentaire qui a été spécialement formulé pour une prise quotidienne au long cours. Si vous souhaitez l’utiliser par cures, Nous conseillons 3 mois minimum sachant que les effets se font généralement ressentir dès le premier mois.
      Bonne fin de week-end.

    • Bonjour, Merci pour l’intérêt que vous portez à notre produit NATHYROÏD®. Il a été spécialement formulé pour favoriser l’équilibre thyroïdien, notamment chez les patients traités par levothyroxine. Il est important de comprendre que NATHYROÏD® n’a pas vocation à se substituer à un traitement médical notamment par hormones thyroïdiennes. Une supplémentation par NATHYROÏD® en association avec votre traitement par levothyroxine, permettra d’apporter des éléments naturels comme notamment le guggul qui favorise l’équilibre nerveux et qui aide à contrôler le métabolisme du cholestérol et du glucose et favorise l’immunité. Les vitamines B2, B6, B9, B12 et le Magnesium présent dans le produit contribuent à améliorer les fonctions psychologiques et à réduire la fatigue. La vitamine B6 contribue à réguler l’activité hormonale. La formule de NATHYROÏD® est complétée d’extrait d’Aschwaganda, encore appelé Ginseng Indien, qui favorise le tonus musculaire, l’énergie mentale et la concentration. Cette formule contient également du Zinc et du Fer contribuant à améliorer les fonctions cognitives, de la vitamine D3 contribuant au fonctionnement normal du système immunitaire, et de la vitamine E contribuant à protéger du stress oxydatif. Dans votre cas, nous recommandons un comprimé par jour, à prendre le midi ou le soir, si vous prenez votre levothyroxine le matin ou inversement. L’important est de bien séparer la prise de NATHYROÏD® d’un intervalle minimum de 2 heures avec la prise de levothyroxine. Vous pouvez le commander dès maintenant sur notre site.
      Nous serons très intéressés par votre retour d’expérience si vous choisissez de l’essayer.
      Bien Cordialement,
      Luc Cockenpot
      Pharmacien Responsable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer